Partenaires

Logo CEREGE Logo UMR 7044
CNRS



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Thèmes de recherche et description des travaux par tâche > Description des travaux par tâche > Tâche 2. recherches archéologiques, historiques et épigraphiques

Tâche 2. recherches archéologiques, historiques et épigraphiques

  • L’objectif principal de cette tâche est l’acquisition et l’analyse détaillée des données à caractère archéologique, historique et épigraphique concernant les établissements humains datés du XIVe au VIe s. av. J.-C. dans la Messara et le Mirabello, en collaboration étroite avec les spécialistes du CEREGE. Après la phase de documentation bibliographique, l’équipe se rendra sur le terrain pour repérer, décrire et géoréférencer les sites archéologiques qui seront intégrés dans la base de données. La tâche prévoit en outre la prospection archéologique du massif du Kadiston et de la chaîne des Astérousia. Ces recherches de terrain permettront d’entamer dès la première année le travail des groupes restreints. Le but poursuivi est celui de retracer un panorama complet des sites archéologiques concernés par le projet, de les intégrer dans une base de données et dans la cartographie à l’aide d’un SIG pour ensuite réfléchir aux phénomènes qui ont caractérisé les communautés crétoises au fil des siècles, notamment dans leur adéquation au territoire environnant.
  • La responsable de la tâche est D. Lefèvre-Novaro (UMR 7044), en ce qui concerne la coordination matérielle et scientifique du projet. En 2013, le post-doctorant participera activement au travail scientifique et aux recherches sur le terrain pour parvenir à la rédaction d’une monographie qui sera publiée en 2014. Les membres de l’équipe (UMR 7044, CEREGE) travailleront en étroite collaboration à l’acquisition des informations, à la mise en place de la base des données et de la cartographie et à l’analyse des problématiques dans un souci constant d’interaction.
  • Programme détaillé :
    • Missions annuelles de terrain
    • Réunions annuelles par vidéoconférence
    • Travaux des groupes de recherche restreints (tchats par le biais d’Adobe Connect Pro)
    • Colloque international de Strasbourg en 2013
    • Remise des manuscrits des trois monographies et des Actes du Colloque international.
  • Il est possible que certains sites archéologiques se révèlent difficiles à repérer, notamment ceux qui furent découverts au début du XXe siècle. Pour parer à ce problème nous avons intégré dans le projet des archéologues grecs (XXIIIe et XXIVe Ephories des Antiquités préhistoriques et classiques) qui travaillent depuis longtemps sur le terrain et qui seront d’un grand secours en cas de difficultés. Dans la même optique, avec la permission de l’Ecole Française d’Athènes et de la Scuola Archeologica Italiana di Atene on consultera les carnets de fouille et les archives fotographiques des premiers archéologues italiens (F. Halbherr, A. Taramelli, L. Pernier - Messara) et français (J. et P. Demargne, H. Van Effenterre, J. Bousquet - Mirabello) qui ont exploré la Crète au début du XX siècle. Les contacts avec ces différentes institutions (Ephories, écoles étrangères, Institute of Mediterranean Studies) sont très importants en vue de l’obtention des permis auprès des autorités compétentes pour mettre en œuvre les recherches du projet DIKIDA.