Partenaires

Logo CEREGE Logo UMR 7044
CNRS



Rechercher

Sur ce site

Sur le Web du CNRS


Accueil du site > Thèmes de recherche et description des travaux par tâche > Description des travaux par tâche > Tache 5 - Paléoenvironnements

Tache 5 - Paléoenvironnements

Paléoenvironnements

  • Le responsable de la tâche 5 est M. Ghilardi (CEREGE) ; il sera aidé par un chercheur CDD pendant 6 mois pour le travail de terrain, les prélèvements et les analyses.

  • Les prélèvements de sédiments se feront grâce à l’utilisation de matériel de carottage à percussion, mais également sur des coupes alluviales des zones de plateau (Katharo). Les carottes seront ensuite exportées vers le CEREGE pour des analyses de laboratoire. Ces dernières consistent à effectuer des analyses granulométriques (D. Sabatier) et des études des paramètres magnétiques (P. Rochette). L’intérêt de ces analyses est de pouvoir retrouver les dépôts d’origine volcanique provenant des éruptions des îles voisines (Santorin, Nisiros, Egine, Milos en particulier). De précédents travaux déjà réalisés sont très encourageants sur ce dernier point [1] et il convient d’obtenir désormais des séquences chronostratigraphiques permettant de dater les principales phases d’éruption volcanique. Des analyses de XRF et de XRD permettront de caractériser les cortèges minéralogiques et, en se basant sur la bibliographie existante, il sera ainsi possible d’identifier précisément les différents phénomènes éruptifs successifs. Pour cette raison, il sera également indispensable de réaliser des datations O.S.L. sur les quartz des séquences alluviales/torrentielles des zones de plateau où les séquences stratigraphiques seront les mieux conservées (plateaux du Katharo et du Lassithi).
  • Livrables
    • L’ensemble des données paléoenvironnementales sera conservé dans une géodatabase, intégrée au SIG et chacun des partenaires pourra ainsi replacer son site d’étude en contexte environnemental évolutif.
    • Des reconstitutions 4D (le travail inclut l’évolution diachronique de l’occupation humaine et des changements paysagers au cours des 4000 dernières années) seront établies et constitueront l’apport majeur du travail. Les données seront intégrées dans le SIG commun et le rendu cartographique pourra ainsi être livré sous forme de film d’animation, puis mis à disposition du grand public et des collectivités locales. Le webmapping tiendra compte également de ces données.
    • Les travaux de carottages nécessitant des permis spécifiques de la part des autorités compétentes, nous avons déjà prévu dans le projet la collaboration avec les Ephories XXIII et XXIV. L’implication des archéologues grecs dans l’activité scientifique du projet DIKIDA permettra de faire avancer les dossiers administratifs concernant les permis nécessaires aux recherches géomorphologiques et paléoenvironnementales.

[1] Siart et alii, 2009